Else gagne le prix du Festival de Maisons-Laffitte

En mai dernier, Juliette Dutent a remporté le Prix d’interprétation féminine du Festival de Maisons-Laffitte pour son rôle dans « Mademoiselle Else »!

Première dans une grande salle pour notre spectacle, un public chaleureux, de belles rencontres et un merveilleux moment de théâtre. Merci à tous.

Et voici quelques critiques publiées sur cette représentation :

« Si seule …
Si seule avec sa jeunesse, son insouciance,
Si seule, sans argent, loin de ses parents

Au milieu d’une société frivole et guindée
Si seule, dans son pauvre manteau noir
En proie à ses cauchemars colorés
Abandonnée à sa conscience comme un dédoublement d’elle-même, en voix off

Au bord de la scène comme au bord du gouffre
Et pourtant, ils sont tous là, défiant les lois du temps et de l’espace :
Sa mère d’abord, en fond de scène, à mi-buste, qui lui écrit Paul, son cousin, ou bien est-ce le groom, prévenant ou bien n’est-ce que du théâtre ?
Von Dordsay, l’indispensable personnage, bien humain, trop humain ?

Un rien se prête au jeu, au rire léger :
Un piano en plein air, une cigarette non allumée,
Une somme d’argent dérisoire : un rien, vraiment ?

Et la revoilà, après avoir livré aux spectateurs son angoisse,
Son dégoût, son hystérie, son dénuement enfin
La revoilà oui, plus seule que jamais,
Etendue dans son lit, avec son verre de Véronal …

Mademoiselle Else est morte mais une actrice talentueuse est née, et avec elle, la Compagnie Malafesta ! »

Véronique Deschard

________________________________________

« J’ai beaucoup aimé cette nouvelle de Schnitzler. Mais, comment adapter un monologue intérieur au théâtre ?

Mlle Else ? Je ne la voyais pas du tout comme ça. Et ce ton ? Mais en même temps, elle est crédible. Les costumes sont un peu décevants. Les décors,
épurés, mais fort heureusement intelligemment exploités et rehaussés par le jeu des lumières.

Oh, ces visions cauchemardesques, c’est absolument bluffant ! Notons, La Compagnie Malafesta, avec à sa tête le metteur en scène Giulio Serafini, a
relevé le défi avec une réelle hardiesse
.

Mlle Else, vous m’impressionnez… Juliette Dutent nous plonge, grâce à son indéniable talent, dans les méandres des pensées de l’héroïne. La justesse du jeu est saisissante et fait ressortir, cela devient presque palpable, la profondeur psychologique et l’intemporalité de la prose de Schnitzler. »

Muriel Macé