Giulio Serafini

Après le lycée, il fonde avec un groupe d’amis sa propre compagnie amateur nommée “Malafesta”. Avec ce groupe, il monte ses premiers spectacles qu’il écrit et met en scène : Criminels Natals (2002), Uomini d’onore (2003), Le Katamun (2004). Tous trois sont joués sur les planches du Théâtre Tiberio à Rimini. En 2003 il joue avec Paolo Paganelli, son ancien professeur, dans la pièce Veronika tirée du livre de Paolo Coelho Veronica décide de mourir. Le spectacle est produit par le centre Ceps qui s’occupe de personnes trisomiques. Entre-temps commence sa formation dans la classe libre de l’Ecole de Théâtre « A. Galante Garrone », dans laquelle il a comme professeur Alessandra Frabetti. En 2004 Giulio Serafini intègre l’École nationale d’Art Dramatique de Milan « Paolo Grassi » où il fréquente la classe d’acteur. Il ne reste qu’une année durant laquelle il rencontre le professeur Kuniaki Ida qui lui conseille de quitter l’Italie pour continuer sa formation en France.

Il décide de finir ses études à l’Université et il rentre à Bologne pour une année au cours de laquelle il est appelé par sa professeur Alessandra Frabetti à travailler sur la pièce Shakespeare in Death. Parallèlement à cela, il commence à travailler avec Luisa Pietri et joue dans son spectacle L’incendiario de A.Palazzeschi ; puis ils co-mettent en scène Fiumi Prosciugati, une performance de danse/théâtre sur le massacre de Srebrenica.

Il obtient son diplôme de Sciences Politiques, sa thèse portant sur le théâtre politique de Bertold Brecht.

Il quitte l’Italie pour la France en octobre 2007 et intègre l’École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq à Paris, sur présentation de Kuniaki Ida. Il y suivra les deux années de formation.

Chaque été entre ses deux ans et à la fin de l’école, il part avec la Compagnie « La Con-fraternitè » pour jouer dans la rue.

L’année suivante, en 2010, il joue avec la Compagnie Chromos dans le spectacle Nuit d’Amérique, inspiré du roman Voyage au bout de la nuit de L.F. Céline, mis en scène par Julien Bal.

En 2011 il fonde sa propre compagnie, « Malafesta ». Avec Julien Bal et Renaud Amalbert, ils fondent le Collectif 01 Jour dans le but de réaliser chacun leur tour des court-métrages en un jour. En une année ils réalisent cinq courts : L’amour est dans le pré, Poursuite, Amanite phalloÏde, Les orphelins d’Hawkins et Cendre tournés en France, en Espagne et en Belgique. L’amour est dans le pré est aussi la première réalisation de Giulio Serafini produite par « Malafesta ».

En juin, il travaille avec une compagnie internationale nommée « Made the world over », et joue dans le spectacle Le rêve du papillon, mis en scène par Jeongiu Kim aux Arènes de Montmartre et au Théâtre 14, à Paris. L’année suivante, le spectacle se joue au festival d’Avignon et en août 2012 il est sélectionné dans les festivals de Suwon et Chounchown, en Corée.

En 2012, il travaille d’une part sur la mise-en-scène de la nouvelle création de la Compagnie « Malafesta » : Mademoiselle Else; d’autre part, comme comédien, avec la Compagnie « The Last Baguette » pour jouer dans une farce librement inspiré du roman Dracula de Bram Stoker.

Actuellement il travaille comme comédien au théâtre de l’Epée de Bois à la Cartoucherie sur la création de deux pièces de Molière, L’Avare et Le Malade Imaginaire, toutes deux mises en scène par Antonio Diaz-Florian.